Quel type de financement choisir pour la création d’une entreprise ?

Créer une entreprise est un projet d’une grande envergure et qui nécessite des moyens financiers importants. Le financement est une étape importante dans ce type de projet. Définir le montant dont vous aurez besoin pour mettre en œuvre votre projet est indispensable. En effet, la faisabilité du projet dépendra en général de cette étape. Pour ce faire, l’étude de marché est importante. Ensuite, la rédaction de votre business plan permet de mettre en avant les détails concernant votre situation financière de départ.

Une entreprise sans apport personnel, c’est possible

Contrairement aux idées reçues, créer une entreprise sans apport personnel n’est pas contraire à la loi. En effet, celle-ci autorise les porteurs de projets à créer une entreprise et elle n’impose pas de montant minimum à consacrer au capital social. Cela concerne uniquement certains statuts juridiques.

  • Les SARL ou sociétés à responsabilité limitée
  • Les sociétés par actions, dont les SAS ou les SASU
  • Les sociétés civiles moyennes et professionnelles SCM et SCP
  • Les sociétés d’exercices libérales, à responsabilités limitées uniquement ou SELARL

Dans ce cas, avec la déposition de l’euro symbolique, il est possible pour le porteur de projet et ses collaborateurs d’acquérir le statut d’associé. Cette option est, à priori, tentante, car elle bénéficie dans ce cas, de formalités administratives considérablement facilitées.

Les inconvénients de l’absence d’apport personnel

Si la loi autorise une création d’entreprise sans apport personnel, cela ne facilite qu’une petite partie des démarches. Un apport peut être numéraire, c’est-à-dire en argent, ou en nature, lorsqu’il s’agit de biens. S’il est surtout indispensable pour acquérir un statut d’entreprise, il permet également de financer les investissements pour mettre en place les bases du projet. Sans apport personnel, le financement est plus difficile à obtenir et les enjeux pour le fonctionnement des activités sont plus importants.

Le financement interne

Il est possible de financer votre projet de création d’entreprise par des apports internes, c’est-à-dire, réalisés par les associés créateurs ou par le biais de subventions d’investissement.

Le capital social

Dans les sociétés, il représente les apports que les associés versent dans le projet de création d’entreprise. Ces apports, également connus comme étant des fonds-propres, sont définitivement consacrés à l’entreprise et ne sont donc pas remboursables. Cependant, l’apport initial pourra être restitué dans le cas d’une liquidation de la société, par la vente d’actions.

Les comptes courants ou quasi-fonds propres

Ce sont des sommes versées par les associés pour appuyer les investissements dans le projet de création de l’entreprise, et pour assurer son fonctionnement. Cependant, contrairement aux fonds propres, ils peuvent être récupérés sur le long terme. Ces comptes courants font partie des dettes de la société.

Le capital-risque

C’est un apport en capital réalisé par des sociétés et des institutions financières. Ces organismes spécialisés ont pour but de réaliser des profits grâce à la valeur acquise par cet apport durant le développement des activités de l’entreprise.

Les financements externes

C’est un autre moyen de financement pour votre projet de création d’entreprise. Il consiste en général à des emprunts. Cependant, il en existe de nombreux types et il est indispensable de choisir la formule qui correspond le mieux à vos besoins.

L’emprunt bancaire

C’est l’option la plus souvent privilégiée par les porteurs de projets. Dans ce cas, l’organisme financier octroi une somme qui sera remboursée dans un temps préalablement défini. En contrepartie, il recevra des intérêts à la hauteur convenue. Ce concept peut comprendre à la fois la considération de garanti en cas de difficultés de remboursement.

Le crédit-bail

Cette formule est également appelée location avec option d’achat. Elle diffère cependant de l’emprunt bancaire. En effet, lors d’ un emprunt, l’entreprise est immédiatement propriétaire des biens. Par contre, dans le cas d’un crédit-bail, il s’agit plutôt d’une location avec une promesse de vente à la fin du contrat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *